Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Revue de presse

Recherche

Besoin de coach politique ?

Découvrez la synergologie :

Une petite révolution dans l'approche de la communication "non verbale",
fondée sur les derniers travaux en neurosciences et qui nous vient du Québec.
Rencontre avec Philippe Turchet, à l'occasion de la sortie de son dernier ouvrage (octobre 2009) : "Le Langage universel du corps".
Vous avez besoin pour votre métier de décrypter le langage du corps ?
Nous pouvons construire pour vous une formation sur mesure, en savoir plus.

PARTICIPEZ !

Unknown-copie-1.jpeg images-1.jpeg images-2 images.jpeg

 

Coach en communication et synergologue (spécialiste du langage corporel), Stephen Bunard, développe avec une équipe de professionnels du coaching le concept de "coaching politique" - marque déposée à l'INPI - depuis 2002.

5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 11:42

La comparaison des 462 649 mots des 67 discours prononcés durant leurs campagnes électorales par Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal (de décembre 2006 à mai 2007) confirme l’impression première : ils ne maniaient pas la même langue.

N. Sarkozy a produit (en moyenne) des phrases de 22 mots, alors que S. Royal s’en offrait 31, Jean-Marie Le Pen 28 et François Bayrou 27. Le candidat Sarkozy parlait court et direct : sujet-verbe-complément. Cette structure simple du discours contribue à sa réputation de sincérité.

Par ailleurs, son éloquence est marquée par plusieurs autres traits :

 

1) la répétition de formules et la reprise de mots identiques. Son vocabulaire était de ce fait plus restreint que celui de sa rivale ;

 

2) la fréquence élevée de certains mots : « ne », « pas », « morale », « autorité », « mérite », « effort », « travail »… Cette présence des négations, c’est le droit d’interdire, que revendique le candidat, de même que ses mots favoris sont typiques d’une certaine droite légitimiste d’avant la Seconde Guerre mondiale.

 

Le candidat prit aussi la peine de dénigrer mai 68 plus d’une fois.

 

Ce style à la fois simple et moraliste, apparemment, ne déplut pas aux Français, même si l’auteur de l’étude y voit le retour programmé à un populisme.

 

Damon Mayaffre, « Vocabulaire et discours électoral de Sarkozy », La Pensée, n° 352, 2008.

Source : Nicolas Journet, La revue des sciences humaines, 2008

 

 






Partager cet article

Repost 0

commentaires